Immobilier

Crédit immobilier : l’Etat veut éviter la surchauffe

immobilier 2017

Au cours des derniers mois, le ballet était bien orchestré entre les banques et leurs clients. Ces derniers, conscients de la belle opportunité qui se jouait là, par l’abaissement record des taux d’intérêt contactaient leurs banquiers –ainsi que les établissements bancaires concurrents- en vue de procéder à un rachat de crédit. Nombreux sont alors les propriétaires qui ont eu le plaisir de signer un nouveau crédit immobilier à un taux parfois de deux points inférieur au précédent. Les établissements bancaires quant à eux, voyaient leurs clients partir vers la concurrence, quand les clients de la concurrence devenaient clients au sein de leurs agences. Mais il semblerait que le ballet soit sur le point de s’arrêter.

Des taux d’intérêt revus à la hausse

Désormais, la tendance indique une remontée des taux d’intérêt lente, mais progressive, quand d’autres acteurs parlent d’une remontée bien plus rapide à venir ! Loin des niveaux de transactions que nous avions également pu observer aux abords des années 2008, désormais, ce sont des taux moins avantageux que les futurs propriétaires vont devoir accepter au moment de la signature de leurs emprunts.

Mais en dehors de la remontée des taux d’intérêt, d’autres inquiétudes se font entendre, c’est ce qu’indique le site Actual Immo !

Une vigilance plus accrue autour des conditions d’octroi des crédits immobiliers

C’est par l’intermédiaire du Haut Conseil de la Stabilité Financière que l’information nous provient. Ayant pour mission principale de porter une attention particulière à la stabilité de notre système financière, les acteurs composant le HCSF tendent à tirer une sonnette d’alarme. En effet, par l’observation de différents organismes bancaires, soulignant bien qu’il ne s’agit en rien d’agissements isolés, l’autorité affirme que les conditions d’octroi des prêts immobiliers sont aujourd’hui trop risquées, comme le précise Actual Immo.

Lorsqu’un organisme accepte de souscrire à un prêt immobilier à de futurs propriétaires, ce dernier se doit de vérifier avec minutie la capacité de ce dernier à prendre part au remboursement des mensualités ; or, il semblerait que dans un contexte d’abaissement plus que spectaculaire des taux d’intérêt, ces conditions aient elles aussi, été revues à la baisse.

Il apparait donc essentiel, en vue de pallier à de désagréables chocs pouvant toucher aussi bien les propriétaires que les banquiers de recourir aux conditions d’octroi des prêts connues jusqu’alors, loin du laxisme ambiant !

Parallèlement à cet avertissement, c’est sur une mesure que le Conseil met en garde : la surévaluation des biens de l’immobilier commercial. En effet, il semblerait que face à une très forte demande, les biens aient été évalués à hauteur de 15 à 20% de surplus. Une tendance qu’il est, semble-t-il, plus que temps de revoir à la baisse.

Crédit immobilier : l’Etat veut éviter la surchauffe
Notez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

40deed257b2c72a9fd9c4d2bf6833388ZZZZZZZZZZ