prêt immobilier

Ce qui va changer en matière de crédit immobilier au 1er janvier 2022

Au premier janvier 2022, certains changements seront à prendre en compte lors d’une demande de crédit immobilier. En effet, la durée d’un prêt ne pourra plus dépasser 25 ans, tandis que le taux d’endettement maximal passera à 35 %. Une façon de protéger les ménages du surendettement sans pour autant les restreindre.

Je suis jeune et je veux investir

On entend souvent qu’il est difficile d’investir en étant jeune. Et pourtant, rien n’est impossible lorsqu’on est bien préparé. En effet, investir tôt afin de faire travailler son capital est tout à fait envisageable lorsqu’on est jeune.

A lire également : Rachat de crédit : inconvénient et avantages ?

Il suffit de réfléchir à la bonne manière d’épargner une fois son premier contrat de travail signé. Placer son argent sur un livret reste une option, mais la rentabilité sera probablement limitée. Avec une bonne préparation et un accompagnement de la part d’un conseiller bancaire, investir dans l’immobilier reste réalisable. Il suffira de trouver le crédit adapté à votre projet et les banques vous accompagneront, si elles le jugent adapté à votre profil.

Pourquoi investir quand on est jeune

Mais alors, pourquoi chercher à investir quand on est jeune ? Cela permet tout d’abord d’adopter de bonnes habitudes en matière de gestion de son capital financier. L’immobilier est un investissement qui permet de faire un effet de levier.

A voir aussi : 3700 dossiers financés en 2012 et 40% de croissance pour le courtier VousFinancer !

Vous pourrez emprunter les sommes nécessaires pour acheter un bien tout en apportant un peu de vos économies, mais en conservant une épargne de précaution disponible. Enfin, recourir à un financement bancaire pour investir quand on est jeune présente des avantages. Les taux sont plus faibles et l’assurance vous sera moins coûteuse qu’à des personnes plus âgées.

Comment faire pour investir quand on est jeune

Il existe deux solutions qu’il est possible de combiner pour se lancer. Tout d’abord, devenez propriétaire de votre résidence principale. Exit la location et le loyer qui tombe tous les mois, l’idée est ici d’être définitivement chez soi. Le mieux serait alors d’investir dans un bien où des travaux sont à effectuer et dont le prix n’est pas très élevé, afin d’en tirer une plus-value importante à la revente.

L’autre possibilité est d’acheter dans le but de mettre à la location afin de se créer un patrimoine. Solution classique, elle est réalisable même si vous êtes vous-même en location en raison des prix élevés de votre région.

Dans quel bien immobilier investir ?

Si vous n’avez pas un gros pécule, la première solution consiste à débuter avec un petit projet. Oubliez les maisons et grands appartements, pourquoi ne pas investir dans un petit studio situé dans une ville étudiante et que vous mettrez à la location ? Prenez le temps d’étudier dans quelle ville investir puisque votre bien devra pouvoir répondre à une demande locative. Voici quelques exemples de villes rentables :

  • Lille : avec ses 121 000 étudiants, cette métropole a un rendement net moyen de 6 % et un loyer mensuel moyen de 14,80 €. À elle seule, la ville concentre 47 % des demandes locatives des Hauts-de-France.

  • Renne : ville étudiante par excellence et où il fait bon vivre, Rennes affiche aussi un rendement net moyen de 6 % tout en concentrant 62 % des demandes locatives de sa région.

  • Lyon : la demande y est concentrée aux trois quarts sur les studios meublés. Son taux de rendement est, quant à lui, de 5,5 %.

Achat d’une résidence principale et investissement locatif ne sont pas perçus de la même manière par les banques. Ainsi, le loyer d’une location couvrira tout ou une partie du crédit. Il peut également dégager une marge dans le cas où il serait plus élevé que le montant du remboursement du prêt. La banque y voit donc une sécurité où le risque d’impayés sera moins élevé que sur une résidence principale.

Investir plus grand pour louer en colocation peut être une alternative en fonction du profil de l’acheteur. Avec plusieurs chambres louées séparément, il est possible d’augmenter le loyer même si le roulement des locataires sera plus fréquent.

Attention à la fiscalité

Lorsqu’on est jeune et novice en matière d’investissement, on ne pense pas à certains détails. Alors quelle fiscalité choisir lors de l’achat d’un bien immobilier ? Faut-il privilégier le neuf à l’ancien ? Cela dépendra de votre niveau d’implication et de votre rapport au risque.

  • L’ancien. Moins cher, il laisse la possibilité de faire des travaux, laissant libre cours à votre imagination. Ces logements sont en général mieux placés et sont donc plus attractifs. Attention cependant aux passoires thermiques qui seront interdites à la location en 2023 si elles ne sont pas remises aux normes d’ici-là.

  • Le neuf. C’est la solution de facilité, car le logement est réceptionné clé en main. Les frais de notaire sont plus faibles et une garantie décennale est accordée. Néanmoins, investir dans un bien neuf coûte plus cher et le rendement est donc plus faible que pour l’ancien.

Le rendement locatif est donc un essentiel lorsqu’on investit pour la première fois dans un bien locatif et est un indicateur clé de performance.

Vous avez aimé ? Partagez ! 🙂